Présentation de la commune

Les données techniques :

Coordonnes GPS : Longitude : 6.528889 E Latitude : 45.725834 N

Altitude du chef lieu: 712m Nb habitants: 683 en 2004 (1167 en 1801).

Notre Commune d’une superficie de 22 km est composée d’un chef-lieu, de nombreux hameaux, d’une myriade de bâtiments isolés et d’une station de ski Bisanne 1500 (liaison avec Les Saisies-Espace diamant).

Le village de Villard sur Doron et les lieux dits de proximité sont exposés au Sud, le long de la route qui mène d’Albertville à Beaufort, et si dans le chef-lieu l’espace public est restreint – sous forme de place devant l’église – les rues dessinent avec les ruelles une trame au tracé irrégulier et qui engagent la promenade.

On découvre alors les escaliers en pente parfois raide qui rattrapent les différences de niveaux, les avant-toits débordants qui protègent la circulation piétonne de la neige et de la pluie, les bassins très nombreux et témoins d’une hydrographie important et quelques architecture très anciennes.

Au cour du village se trouve l’église reconstruite en 1672 et dont la restauration de 1999 a permis de restituer essentiellement les décors de 1852 faits de décors floraux et de tons pastels. Le clocher quant à lui, a été remanié plusieurs fois cause des guerres mais également par choix de certains riches marchands joailliers du village au XVIII siècle.

Dans son histoire, Villard a vu aussi prospérer une école de dentellières (début 1900), une grande entreprise de travaux publics et plus récemment une station de ski Bisanne 1500 (reliée avec les Saisies-Espace Diamant). Tout cela bien entouré jusqu’à nos jours, d’une activité agricole et pastorale très active et respectueuse qui offre aujourd’hui à notre commune, comme à tout le Beaufortain, son cachet si recherché et apprécié. Le tourisme accueillant tant, avec l’agriculture, les valeurs que nous souhaitons partager, nous espérons que vous passerez à Villard, un moment agréable. Lors de votre visite, n’hésitez pas demander en mairie notre rallye photos qui vous emmènera la découverte du village , d’une partie de son patrimoine et d’un peu de son histoire.

Emmanuel HUGUET, Maire de Villard sur Doron, Ses conseillères et conseillers.

 Villard-sur-Doron en 1918

 Villard-sur-Doron 2018

Les textes du Rallye photos font appel à la connaissance et à la mémoire de nombre d’entre nous mais ils sont également tirés de différents ouvrages:

  • Le charme discret de la dentelle, Musobus départemental de la Savoie
  • Traces d’histoire en Beaufortain, Hlne Viallet et Gilbert Maistre, Et des Cahiers du vieux Conflans
  •  Beaufortain, pays de Savoie, Ed Images du Patrimoine
  • Marchands-Joailliers Du Beaufortain Au 18me Siècle, Maistre Gilbert,
  •  Cahiers Du Vieux Conflans N 157/1996- 29/01/2004 Remerciements tous particuliers à Monique pour sa participation active cette réalisation.

Origine du nom

Au Moyen-âge un grand domaine rural (villa) occupait la plus grande partie du Beaufortain, son propriétaire se nommait Lucius. (Il a donné son nom la vallée de Luce et Hauteluce.). Les quatre paroisses de Luce étaient la dénomination du Beaufortain. Au V siècle, lors de l’invasion burgonde, le domaine fut probablement partagé et la commune de Villard serait le résultat du démembrement, Villard signifiant « fraction ».

Postérieurement on rencontre des appellations différentes : Ecclesia de Villar (1344)/ Villariorum Bellitorlium (1502) / Parrochia Villariorum (1529) /Communilas Sancli Petri Villariorum (1529)/ Villard de Beaufort(1556)/Paroisse du Villard(1580)/Au XVIIème siècle : Saint-Pierre des Villards /En 1793 : Fertiline Puis enfin, Villard de Beaufort, avant 1860, et Villard-sur-Doron partir de 1881.

Villard en tant que Paroisse est connue depuis 1171.

Mairie de Villard sur Doron:

Le bâtiment datant de 1606 a été rénové de 1994 à 1996. La colombe sur sa façade sud occupe une niche existante avant les travaux et ce symbole de paix y a trouvé naturellement sa place.

 

Maison chaînage d’angle et escaliers :

Remarquez ici les peintures de cette maison. Les décors de façade en trompe l’œil sont très présents dans l’habitat de village. Les murs passés à la chaux recevaient autour des portes, des fenêtres ainsi qu’aux angles un décor de faux appareil peint. Ce type de décor se retrouve dans toute la Savoie et notamment à Chambéry où il peut devenir spectaculaire quand il habille la totalité d’une façade.

Développés à partir de la fin du XVIIIe siècle, ces décors sont réalisés par des artistes piémontais et témoignent d’un mode artistique très répandu en Savoie.

La vallée du Beaufortain …

La vallée du Beaufortain n’est pas aussi enclavée qu’on veut bien le dire puisqu’au Ier et IIe siècle la route romaine, qui conduit de Milan à Lyon et Vienne, a une route secondaire qui quitte Bergintrum (Bourg Saint Maurice) et passe par le col de Roselend pour traverser le Beaufortain. Le torrent du Doron prend sa source à Roche Merles au Cormet de Roselend.

L’agriculture …

L’agriculture a façonné notre paysage par les défrichements, et l’entretien des parcelles dans les pentes. Au XIXme siècle, la terre en Beaufortain ne pouvait plus nourrir toute la population qui atteignit son maximum en 1848 (7000 hab.). L’émigration, phénomène déjà ancien, s’accentua vers Paris et Lyon (Surtout les cadets de famille). Les grands événements politiques eurent peu d’influence sur la population de la vallée. Les beaufortains vivaient de la culture de leurs champs, de la vente du gruyère et du bétail. Les familles pouvaient posséder une montagnette ( environ 1000 – 1500 mètres d’altitude) et / ou un alpage plus de 1500 mètres d’altitude.

Exploitations Agricoles …

A Villard sur Doron, il y a encore 15 exploitations agricoles. Il faut, de nos jours, une vingtaine de vaches bardelles (race Abondance, bi-colore est la plus répandue dans notre village) ou de tarines.

 

L’entraide est forte dans le milieu agricole et indispensable pour cultiver les terrains en pentes. De nos jours, les agriculteurs sont équipés de matériels très coûteux, adaptés à la montagne, qui permettent de palier à la pénurie de main d’oeuvre. Hier, les familles nombreuses permettaient un travail des terres en groupe, aujourd’hui l’agriculteur est seul ou avec quelques amis le weekend. Les terres qui ne peuvent être travaillées assez facilement sont uniquement pâturées.

 

Page mise à jour le 06 septembre 2018