Patrimoine

LES BASSINS

Très nombreux dans le village ils servaient aux hommes et aux bêtes. Avant la machine à laver, le linge était lavé par les femmes qui en faisaient parfois leur métier. Les bassins étaient utilisés toute l’année et même l’hiver. Il fallait parfois casser la glace et rincer le linge dans l’eau glacée.

bassin villard
oratoirevillardsurdoron

LES ORATOIRES

Littéralement le lieu où l’on prie se distinguent de la chapelle par l’absence d’autel consacré. Souvent construits en bordure de chemin, ils abritent une statuette ou un tableau représentant un Saint.

LES CHEMINS

Les chemins font partie du patrimoine culturel paysan. Ils passent parfois très près des habitations et nous comptons sur vous pour respecter le calme et la propreté du lieu. Les chemins relient les chalets entre eux, ce qui permettait autrefois les remues et les déplacements. La dispersion des chalets traduit ce mode de vie. La route que vous allez rejoindre un peu plus haut existe depuis quelques décennies. Elle a facilité les déplacements en charrette. Les bêtes, le foin, le matériel étaient déplacés de chalet en chalet vers le haut au printemps: l’emmontagne, et vers le bas l’automne: la démontagnée. Mais toutes les familles n’avaient pas de pied à terre au village, c’est pourquoi il existait 3 écoles de hameaux. Les élèves avaient malgré cela des heures de marche à faire avant d’atteindre l’école la plus proche. Les écoles étaient désertes à la belle saison car les enfants participaient activement aux travaux des champs.

randonnée bisanne1500
villard-ete

Maison chaînage d’angle et escaliers

Remarquez ici les peintures de cette maison. Les décors de façade en trompe l’œil sont très présents dans l’habitat de village. Les murs passés à la chaux recevaient autour des portes, des fenêtres ainsi qu’aux angles un décor de faux appareil peint. Ce type de décor se retrouve dans toute la Savoie et notamment à Chambéry où il peut devenir spectaculaire quand il habille la totalité d’une façade. Développés à partir de la fin du XVIIIe siècle, ces décors sont réalisés par des artistes piémontais et témoignent d’un mode artistique très répandu en Savoie.